Sylvie CHEVALLIER www.psy18eme.fr

Le contenu

C'est bien sûr le principal. Mais c'est aussi le point sur lequel il est important de ne pas se retrouver prisonnier d'un programme. Aussi ne vous donnerai-je pas de mode d'emploi. En dehors de la règle de dire tout ce qui se présente à votre esprit dans une écoute profonde des mots qui vous viennent, mais aussi des sensations et des images, vous découvrirez chemin faisant ce qui sera votre propre façon de travailler.

L'autonomie de la personne est l'un des buts de l'analyse jungienne et je considère comme essentiel que le travail vous apprenne à reconnaître votre cartographie intérieure, vos montagnes infranchissables et les chemins qui les contournent, les fleuves à traverser, les forêts où se ressourcer. Ce travail vous apprendra aussi à sortir des peurs en apprenant à les reconnaître et à savoir quand il s'agit de peurs de l'adulte qui sont des signaux à entendre absolument car ils parlent de la réalité actuelle, et quand il s'agit de peurs de l'enfant qui parlent de sa réalité intérieure d'autrefois et que l'adulte doit devenir capable de dépasser.

Je peux aussi préciser que l'analyse des rêves y est primordiale car, plus que tout, ce sont eux qui indiquent vers quoi diriger le travail, où sont les points d'appui et les manques. Et comme l'inconscient s'exprime aussi au travers des ressentis et symptômes du corps, et au travers des comportements et choix (dont notre conscient perçoit bien qu'ils ne relèvent pas toujours de son libre arbitre...) toutes ces expressions de l'inconscient sont prises en compte dans l'analyse jungienne.

Je vais aussi donner des éléments de réponse d'une façon jungienne : en faisant appel à deux contes.

Dans le 1er conte, où il est question de dragon, il est dit qu'il n'est pas besoin de savoir à l'avance pour se mettre en chemin. Que croire savoir peut même se révéler dangereux.
Dans le 2ème conte, où il est question d'Esprit ou de Génie, il est dit que la capacité à s'adapter et à être créatif est aussi importante que le courage.

Vers "Le cadre"